-30%
Le deal à ne pas rater :
30% sur les abonnements PlayStation Plus & PlayStation Now
41.99 € 59.99 €
Voir le deal
Le Deal du moment : -29%
Maillot Nike NBA Swingman – Stephen Curry ...
Voir le deal
64 €

[Texte] lamentable idée

Aller en bas

[Texte] lamentable idée Empty [Texte] lamentable idée

Message par Cire de Cèdre le Mar 24 Sep - 9:50

Voici un texte que j'ai écrit il y a de ça deux ans déjà, je voulais votre avis sur le fond et la forme et éventuellement comment le poser. A force de passer du temps dessus je ne sais plus comment le prendre et l'aprivoiser...

Lamentable idée

Ce matin la mentalité me réveilla, trop matinale elle me surprit noyé dans mon matelas,
d'une manière mal venue, elle me martela, j'eu beau me démener elle me démonta,
même Morphée à morfler, amorphe je ne parvins pas à la pulvériser
et plus la vérité se faisait, plus mes poils se hérissaient, je devenais pâle, vert et dégrisé,
agacé je compris qu'il fallait se réveiller, s'éveiller puis veiller vaille que vaille,
vingt années à voir la vie derrière des vitres, et ne voir que des lettres en braille,
je n'ai brailler qu'en baillant ou bramant mes soucis de jeune amant,
je n'ai mentis que douze mois dans l'année, est-ce inné ce talent ?
la condition sine qua non pour qu'un homme suive la norme,
conditionnement, calmement mais tout bonnement dans le conforme,
un con en forme vaut mieux qu'un intelligent infirme
c'est ce qu'affirmait les préceptes d'un certain régime,
ineptie, mon psy me l'a dit lundi, " la force de l'homme est dans la tête"
deux jours plus tard, d'une balle il l'a désamorcée, sa tête,
alors je sais plus trop quoi penser, dois-je tenter une échappé
ou dans le peloton rester par peur de pédaler dans le vide ?
sinon s'évader dans des vices et verser dans le livide
à l'évidence, la vie danse entre l'indécence et la volupté.

Par quoi commencer ? une remise en question ?
pourquoi ? j'ai construit mon bastion à la sueur de mon front !
je ne me vois pas changer de vision,
depuis ma création, le père, m'inculqua ces leçons,
pionnier de l'éducation, ce dernier voyait en moi un champion,
mais au lieu de m'apprendre à réfléchir, il ne fit que m'abrutir,
au lieu de m'apprendre la critique, il fit de moi une marionnette pudique,
puis dès que l'adolescence vint, je rêvai d'absence, de silence, en vain,
la main du géniteur agissait telle un venin, vingt ans à apprendre du rien,
enfin arriva la rupture,
stupeur, intégrer une société à laquelle je n'ai pas été préparé,
stupeur, stéréotype par centaines les gens installaient dans mon système,
stupeur, s'il te plait peux-tu m'offrir ton coeur ? le mien prend trop de place et v'la la baffe,
stupeur, s'il te plait peux-tu m'offrir ton héroïne ? mon coeur crie famine, mon héroïne crie vermine,
stupéfiant, la police me trouva méfiant, la justice me donna 2 ans,
stupéfiant, la prison me prie ma liberté, mon maton m'offrit des coups de bâtons et du thé,
stupéfiant, à ma sortie mon sort fut assortit de travaux forcés,
stupéfiant, si ma vie fut telle, ma mentalité me fuit-elle ? le profil est futile
tant que tu as ce qu'il te faut, efface de ta pensé le faux et même s'il ne reste que l'affreux,
ça fera l'affaire, la beauté n'est pas nécessaire si elle n'est que fard,
elle n'est qu'une façade qui te rend fade et ce fardeau affecte ta liberté,
mais tout ceci est facile à dire, je m'efforce mais à force tout n'est que fatalité

Alors que faire ? tenter une prise de conscience ?
mais ma route risque de dévier de sa constante,
j'veux me contenter de bien vivre en toute circonstance !
mon confort avant tout, les cons sont toujours les plus forts,
nier le mal, voire du charme même dans les charniers,
vivre une écharde dans le pied, pour unique souffrance,
et se plaindre, créer ses malheur, un leurre face aux leurs,
un inconditionnel râleur à faire pâlir les plus à plaindre,
geindre, feindre et encore geindre, pourtant sous ce masque, le bonheur, atteindre,
aimer l'amie, aimer l'amour, aimer la musique, aimer ces airs, aimer ces arts,
aimer ces hommes, aimer ces femmes, aimer mais rester discret,
pas se discréditer, vivre le plaisir à crédit, vendre mon âme à Crésus,
et ma mentalité la couvrir, la noyer sous les choses, sous le cash,
la cacher au fin fond de ma personne, là où personne ne la dénichera
ce soir impassible je m'endormis, trop passif pour soulever les passions,
trop paresseux, ma vie n'est qu'un passe-temps.

Cire de Cèdre

PS : c'est surement bourré de fautes...
Cire de Cèdre
Cire de Cèdre
Newbie

Nombre de messages : 17
Age : 30
Localisation : Suiza
Date d'inscription : 17/10/2012

http://www.polyphonie.ch

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum